Géobiologie

I – Qu’est ce que la géobiologie ?

La géobiologie est l’étude de l’influence des ondes naturelles et des ondes artificielles qui impactent la santé de toutes formes vivantes. Sur l’humain cela se traduit par des insomnies, de la fatigue chronique, irritabilité, dépression, Alzheimer, cancers et autres maladies.

De tout temps la géobiologie a existé. Il faut donc éviter ces zones dangereuses dans l’intérêt de notre bonne santé.

Afin de détecter ces zones dangereuses, il est nécessaire de faire appel à un géobiologue.

 

II – Mais comment faire son choix avec la diversité des géobiologues du marché ?

Tout d’abord, regardez si la personne a suivi une formation qualifiante, parce que face au désarroi, des personnes peu scrupuleuses s’improvisent géobiologues et utilisent des systèmes non fiables dans le temps.

Ne prenez aucun risque pour votre santé, faites comme la végétation : évitez les zones dangereuses ! La nature nous rappelle tous les jours qu’elle est plus forte que les humains.

Enfin, un bon géobiologue fera son diagnostic dans ce sens, sur place en vous laissant un plan où toutes les nuisances seront reportées. Il vous indiquera également les solutions qui seront consignées dans un rapport d’expertise détaillé et qui vous sera utile tout le temps où vous habiterez cette habitation.

 

III – Les réseaux naturels telluriques (qui viennent de la terre) :

Les cours d’eau souterrains :

Les leucémies et autres cancers affectent en priorité ceux qui dorment au croisement de cours d’eau souterrains (à des profondeurs différentes). Ils dorment sur une amorce électrique montante qui perturbe gravement la vie électrique des cellules. Ces charges électriques favorisent une multiplication anarchique de toutes les cellules, dont les cellules sanguines. Un cours d’eau souterrain agit sur le système endocrinien.

Les failles souterraines :

Les failles souterraines constituent l’agression la plus forte en géobiologie. Les discontinuités du sol canalisent le rayonnement gamma ou radioactivité gamma qui fusent des entrailles de la terre.

Le grand réseau diagonal :

Bien que disposé en diagonale comme le réseau Curry, le grand réseau diagonal peut avoir une orientation légèrement différente et n’en est pas un multiple. Contrairement au réseau Curry, il reste insensible aux masses contenant du fer. Il se compose de cordes qui montent d’étage en étage avec une inclinaison plus forte. Le croisement de ces cordes principales a des effets redoutables dans le temps : ruptures d’anévrisme, mort subite du nourrisson, excroissances veineuses très localisées, arthrites aigües.
Le croisement de grand diagonal est après la « faille », une agression géo pathogène majeure.

Le réseau curry :

Le réseau curry est un réseau de type magnétique, diagonal, ayant une inclinaison d’environ 45° des 4 points cardinaux. Le réseau curry se déforme en fonction des masses ferromagnétiques qui l’entraînent. Ainsi, une cloison ou un nœud curry se trouveront sur une plaque de cheminée, un appareil de musculation, etc…

Les cheminées cosmo-telluriques :

Autrefois appelées « ronds de sorcières » sont constituées de spirales d’énergie. Leur impact est souvent visible sur les pelouses sous la forme de cercles ou ovales de couleurs et de densité différentes. Les champignons et les arbres poussent souvent en arc de cercle autour. Entre 0 et 12 bras partent du noyau central des cheminées cosmotelluriques. Chaque phase ascendante tellurique (3 mn) alterne avec une phase descendante cosmique (2 mn 30). Une phase de suspension de 10 à 15 secondes les sépare. La trajectoire d’une cheminée peut parfois être oblique et se trouver décalée d’étage en étage.

 Le réseau Hartmann :

Le réseau Hartmann est également appelé « petit réseau global » ou réseau H, un croisement Hartmann en 3D est toujours agressif, même en zone neutre.
Un nœud Hartmann situé à la verticale d’un cours d’eau souterrain sera d’autant plus agressif que ce cours d’eau véhicule de la radioactivité, une pollution chimique ou des déchets organiques. Comme tous les réseaux telluriques, le réseau Hartmann (ubiquitaire) couvre toute la surface terrestre. Il forme un immense filet, plus ou moins régulier, qui monte verticalement. Le réseau Hartmann est de nature électrique.

 

Lire la suite : IV – Les Ondes Electromagnétiques